Bienvenue sur le site de L'Alliance internationale francophone pour l'égalité et les diversités

Articles récents

Filtrer par :
Nouvelles / Actualité
Partagé le 2021-11-01

Aux Nouvelles no. 13 : octobre 2021

La revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI

À chaque mois, dans chaque pays, la lutte aux LGBTQIphobies voit des avancées et des reculs. Pour suivre ce qui se passe dans les différentes régions du monde, Égides vous présente « Aux nouvelles », une revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI. Ce bulletin vise à vous tenir informer des nouvelles législations, des arrestations, des jugements de cour et des sujets du moment.

Avertissement : certaines nouvelles rapportent des faits violents et des meurtres de personnes LGBTQI. Nous les partageons par devoir de mémoire, avec une pensée pour toutes les personnes anonymes qui subissent des violences LGBTQIphobes sans obtenir d’attention médiatique.

Aux Nouvelles no. 13 : octobre 2021

Afrique et Moyen-Orient

Au Botswana, le gouvernement cherche à faire invalider à un jugement du tribunal de 2019 qui demandait la dépénalisation de l’homosexualité dans le pays, prétextant qu’il s’agit d’une question politique et non pas juridique.

Au Ghana, le parlement étudie une loi qui aurait pour effet de criminaliser également jusqu’au fait de donner du soutien aux personnes LGBTQI.

Au Koweït, une femme trans a été condamnée pour avoir « imité le sexe opposé » selon Human Right Watch.

En Namibie, où l’homosexualité est encore illégale, un tribunal a accordé la citoyenneté à l’enfant d’un couple gay né d’une mère porteuse sud-africaine.

En Tunisie, le président d’une association LGBTQ se voit condamné à un an de prison pour blasphème pour avoir partagé une publication sur les médias sociaux tandis que Human Right Watch dénonce l’attaque d’un président d’une autre association dans laquelle des policiers pourraient être impliqués.

Amérique du Nord

Au Canada, un tribunal des droits humains de la province de la Colombie-Britannique a rendu un jugement qui conclut que mégenrer une personne dans le cadre de son travail constitue une violation de ses droits humains. Le gouvernement de Justin Trudeau, fraichement réélu, promet de recommencer les démarches pour faire interdire les « thérapies de conversion ».

Au Québec, un projet visant à moderniser le droit de la famille a provoqué une vive mobilisation. Plusieurs articles du projet de loi font reculer les droits trans en cherchant à ramener l’obligation de chirurgie comme condition pour changer son marqueur de sexe sur ses papiers d’identité. Le projet de loi aurait également des incidences sur les personnes intersexes.  

Les États-Unis ont délivré leur premier passeport avec le genre « X » pour une personne non-binaire. Dans l’état du Texas, des élèves ont fait la grève en soutien à une élève trans s’étant vu interdire d’utiliser les toilettes associées à son genre.

Amérique du Sud, Amérique Centrale et Caraïbes

Au Mexique, la justice s’excuse publiquement pour les mauvais traitements lors d’une enquête concernant le meurtre d’une femme trans travailleuse du sexe.

Plusieurs associations des territoires d'outre-mer français témoignent de leur travail et de leurs efforts pour l’égalité sociale, alors qu’un rapport publié en 2018 soulignait qu’y sévit un plus grand taux de haine anti-LGBTQI.

Asie, Pacifique et Océan Indien

En Corée du Sud, après le suicide d’une militaire trans, un tribunal reconnait que son renvoi de l’armée suite à son changement de sexe était injuste.  

En Chine, une agence gouvernementale de régulation et de contrôle d’internet aurait publié une note de service visant à interdire les personnages efféminés ou les relations LGBTQI dans les jeux vidéo.

Au Népal, le gouvernement introduit une 3e catégorie de genre dans son questionnaire de recensement.

Europe

En France, l’Assemblée nationale a adopté une loi visant à contrer les thérapies de conversion, tandis que l’Académie de Toulouse a annoncé la création d’un observatoire académique pour lutter contre l’homophobie en milieu scolaire. Des manifestations ont également lieu, notamment une marche pour les droits des personnes trans s’est organisée à Paris en soutien de deux femmes trans mortes en septembre, ainsi que plusieurs démonstrations de soutien à la mémoire de Dinah, une adolescente victime de racisme et d’homophobie qui s’est suicidée au début octobre.

En Italie, c’est la déception après que le Sénat eu refusé d’adopter une loi contre l’homophobie.

Les Pays-Bas ont annoncé que les héritiers royaux LGBTQI pourront accéder aux trônes s’ils désirent se marier avec des personnes de même sexe.

En Pologne, le Parlement veut étudier une loi visant à empêcher les marches des Fiertés dans le pays, un peu à l’image des lois votées en Hongrie et en Russie sur contre les représentations LGBTQI dans l’espace public. 

La Russie a rejeté les recommandations du Conseil de l’Europe qui lui demandait d’abolir sa législation contre la « propagande gaie ».

En Turquie, les 18 étudiant.e.s arrêté.e.s en 2019 pour avoir participé à une marche des fiertés et qui risquaient 3 ans de prison ne seront pas poursuivi.e.s.

Culture

L’annonce de la bisexualité du fils de Superman, le célèbre personnage de DC Comics, a soulevé beaucoup d’enthousiasme, mais également des vagues de haine.

Netflix s’est retrouvé sous les projecteurs pour les mauvaises raisons après la mise en ligne d’un spectacle d’humour transphobe, forçant plusieurs employés à protester au sein même de l’entreprise.

Le concours « Mr Gay World » change ses règles pour accueillir la possible participation des hommes trans.

Bonne lecture

PS : Si des nouvelles nous ont échappé, n'hésitez pas à nous faire parvenir les liens. Nous verrons si elles peuvent être ajoutées au prochain bulletin.

Nouvelles / Témoignage
Partagé le 2021-10-28

Une première année de projets pour le Fonds Charlot Jeudy

L’année 2021 a vu la mise en place des premiers projets financés dans le cadre du Fonds Charlot Jeudy – appui aux diversités et à l’inclusion. Ce fonds d’Égides vise à soutenir des projets d’organisations LGBTQI francophones, avec comme objectif la défense des droits humains des personnes LGBTQI, l’élimination des violences à leur égard de même que l’amélioration de leur sécurité et de leur bien-être via des projets issus et coordonnés par les groupes locaux eux-mêmes.

Lors des premiers appels à projets, le Fonds a reçu plus de 150 soumissions, démontrant bien les besoins criants des organisations francophones sur le terrain alors que les sources de financement sont encore insuffisantes. Notre première édition du Fonds Charlot Jeudy a donc pu soutenir 4 projets pour son volet longue durée (de 6 mois à 1 an) et 8 projets pour le volet courte durée (3 à 6 mois).

Voici un petit panorama des projets qui sont en train de se mettre en place pour vous montrer la diversité des initiatives visant à rendre ce monde plus sécuritaire pour les personnes LGBTQI.

Projets Volet longue durée

Machi Rojola, du Collectif Elille (Maroc)

Machi Rojola est une plateforme digitale qui vise à travers un prisme féministe et queer, à repenser la masculinité dans une société patriarcale comme le Maroc. La plateforme invite penseurs, intellectuels, artistes, et autres personnes engagées à reconsidérer la notion des masculinités dans la société marocaine à travers un débat ouvert et constructif. Partant du fait que les violences faites aux femmes et des personnes minorisées, sont du fait d’une certaine masculinité toxique, la plateforme entend la déconstruire pour promouvoir des masculinités positives et plurielles.  

La démarche du Collectif est communautaire et place en son centre la parole des personnes directement concernées par les sujets liés à la pluralité et l’inclusion. Le témoignage à la première personne, le partage d’expertise et la visibilisation de productions artistiques de groupes minorisés sont centraux dans la démarche d’Elille.

Machi Rojola
Résultats :

9 podcasts ont été réalisés et sont maintenant en ligne :

Permettre l’accueil des femmes LBTQ à Douala par Elles Cameroun (Cameroun)

Le projet est destiné à l’épanouissement des femmes LBTQ dans la ville de Douala et ses environs, notamment en dotant l’organisation de bureaux sécurisés pour permettre d’accueillir en toute quiétude les activités. Il permet également de mettre à disposition une pièce qui sert de refuge temporaire ou provisoire à des femmes marginalisées et vulnérables victimes de rejet familial, le temps de trouver ou d’apporter les solutions enfin qu’elles retournent dans leur domicile ou dans un autre abri.

Résultats à ce jour :

Nos diverses activités montrent un fort taux de fréquentation du centre et tant les plus jeunes que les plus anciennes s’y retrouvent ensemble. Un des apprentissages du projet est que certaines activités ne fonctionnent pas. Nous pensons que l’une de nos activités phares allait être le Yoga. S’il est très apprécié par certaines, une majorité de participantes l’ont boycotté pour raisons peu claires.

Témoignages :

 « L’idée de mettre à notre disposition ce refuge est le meilleur moyen pour nous de prouver notre solidarité et notre engagement. Mon séjour ici m’a beaucoup fait réfléchir. »

« Je n’avais jamais pris part à la Zumba danse et bien que je sois venu y assister tardivement, je manquerais plus une seule séance, mais le Yoga ce n’est pas mon truc, désolé. »

Recherche et campagne de mobilisation sur les inégalités de subventions et financement pour le milieu à but non lucratif LGBTQ2+ au Québec par le Conseil québécois LGBTQ et le Réseau Enchanté (Canada)

Dans une perspective de renforcement des capacités du milieu LGBTQ2+ québécois, l’objectif général de notre projet est de démontrer et d’expliquer l’historique de sous-financement de l’ensemble des organismes LGBTQ2+ québécois afin de mettre en lumière le système qui permet la continuation de cette discrimination financière, qui a des répercussions directes sur les populations LGBTQ2+ déjà marginalisées. Cette démonstration nous permettra ensuite de nourrir nos actions de plaidoyer et de mobilisation dont l’objectif est d’améliorer le financement à la mission reçu par les organismes LGBTQ2+ et de lutter contre leur sous-financement chronique.

Résultats à ce jour :

La collecte de données a été réalisée en partenariat avec l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS). Les résultats seront dévoilés prochainement, suivis d’une campagne médiatique. Suivez-nous sur les médias sociaux pour en savoir davantage.

Projet Volet courte durée

Jeune et transgenre : sous le regard des autres par la Chambre camerounaise des acteurs en psychologie – CCAP (Cameroun)

Ce projet vise à augmenter l’équilibre psychique, personnel et social des personnes transgenres dans le contexte du Cameroun. Il comporte trois volets, dont (1) des formations aux personnes trans sur le coming-out sécurisé ; (2) des formations aux aidant.e.s et intervenant.e.s sur la pratique quotidienne de soutien aux personnes trans et (3) du soutien et de l’accompagnement psychologique pour les personnes trans victimes de violences basées sur le genre.

Témoignages

« En cette époque, nous, les Africains, ne considérons pas la santé mentale comme un soin nécessaire, comme si la psychologie était destinée pour des fous. Mais quand j’ai fait la découverte de l’organisation de la CCAP, j’ai compris que j’avais tout faux. » Loïc

« Moi, j’ai été déshabillée en plein marché. J’ai été mise nue, pour avoir porté les vêtements féminins. Et J’ai été remise entre les forces de maintien de l’ordre qui m’ont demandé des sommes pour ma libération. J’ai subi une dépression après ma sortie de cellule, j’étais choquée de savoir que je ne suis pas libre de jouir de mon identité de genre et de ma sexualité. Grâce au programme de la CCAP, j’ai pu avoir un psychologue à ma disponibilité qui m’a suivi pendant 6 mois et qui m’a aidé à retrouver un équilibre mental. Ce pour quoi je suis très reconnaissante pour leur travail. » Nathan, 26 ans.

Résultats à ce jour :

Déjà 20 personnes transgenres ont été formées et ont développé des compétences de Pairs Éducateurs. 10 organisations ont participé aux formations des aidant.e.s et 18 victimes ont pu obtenir des consultations et de l’accompagnement suite à des violences vécues.

Diversité et droits des minorités : les minorités travaillent pour un Bénin plus inclusif, par Affirmative Action (Bénin)

Ce projet vise à renforcer la capacité des leaders LGBTQI dans 4 départements du pays ainsi qu’à amener les forces de l’ordre et les médias à mieux comprendre les concepts d’orientation sexuelle et d’identité de genre afin de créer des alliances avec eux pour susciter leur engagement dans la protection et la promotion des droits des personnes LGBTQI.

Résultats à ce jour :

Le projet montre déjà des résultats surprenants. Les publics cibles ont très vite été réceptifs et les participants ont soulevé d’autres besoins de compréhension par rapport aux enjeux des diversités sexuelles et de genre. Les visites de plaidoyers auprès des autorités de médias et la police ont montré combien certaines personnes n’avaient pas les bonnes informations concernant la communauté LGBTQI+ au Bénin.

Témoignage :

« Deux policiers ayant participé aux ateliers ont pu intervenir dans une situation entre une femme trans et un groupe de jeune transphobe à Ouidah ainsi que dans le cas d’une femme trans et d’un homme avec qui elle avait échangé des messages et qui l’a conduit au commissariat suite à leur rencontre en disant qu’elle a voulu l’escroquer. Heureusement qu’elle n’avait pas supprimé les messages du monsieur, permettant aux policiers d’intervenir en sa faveur. » 

GBEDOKPO, de Synergie Trans (Bénin)

Le projet « GBEDOKPO » vise à renforcer la capacité de ses membres, à disposer d’outils de gestion organisationnelle (plan stratégique, manuel de procédures, outils de gestion des conflits) et contribuer aussi à la promotion des droits humains sans discrimination basée sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’expression et les caractéristiques sexuelles.

Témoignage :

« Cela m’a fait plaisir que vous soyez venus nous rencontrer dans la ville de Parakou parce que des fois on a l’impression d’être laissé pour compte alors que nous vivons les pires discriminations en raison des pesanteurs religieuses. Participer à cette séance m’a apporté un plus, car je connais désormais mes droits et je peux désormais en parler à mes sœurs de la communauté. Connaitre ses droits c’est important ! Notre « différence » ne doit pas être une raison pour qu’on nous agresse. On demande juste qu’on nous laisse vivre. Je suis aussi contente de savoir qu’il existe une association de personnes transgenres qui milite pour nos droits et vers qui on peut se tourner quand on est victime de violences et de violation de nos droits. » Minaj

Résultats à ce jour :
  • 40 leaders transgenres des différentes zones d’intervention de l’association ont été formées sur l’orientation sexuelle, le genre et l’estime de soi.
  • 05 rencontres communautaires ont eu lieu dans les villes de Cotonou, Abomey-Calavi, Porto-Novo, Abomey et Parakou.
  • 20 pairs transgenres par zone de rencontre ont une connaissance exacte de la classification des violences et des voies de recours disponibles pour dénoncer les violences
  • Un atelier de formation en Gestion administrative et financière pour les membres du conseil d’administration et du bureau exécutif de l’association.

Projet Bénin Sans Violences par Hirondelle Club Bénin

Le projet Bénin sans violences est une campagne d’éducation aux droits humains qui vise à adresser les différentes formes de violences que subissent les membres de la communauté LGBTQI au Bénin. Il s’agit de mettre en oeuvre une campagne d’éducation aux droits humains pour tous, de réaliser un court métrage sur les violences faites sur les membres de la communauté au Bénin et d’offrir des formations aux jeunes représentants des organisations pour les jeunes et pour les femmes.

Résultats à ce jour :

Le projet a déjà rejoint 150 personnes (alphabètes et analphabète) directement et au moins 300 indirectement sur la thématique et la question des droits humains. Grâce au projet, nous avons des groupes de jeunes organisés un peu partout pour partager la bonne information à d’autres personnes et les orienter vers notre association pour mieux s’informer.

Témoignage :

« C’est un grand succès pour nous d’obtenir l’avis favorable de tous les acteurs identifiés pour apparaitre dans le court métrage quand bien même ils ne sont pas tous LGBTQI. »

Capsules en langues des signes par Les drags te font signe (Canada)

Les Drags te font signe vous préparent des capsules de sensibilisation aux réalités de personnes sourdes faisant partie de la diversité sexuelle et de genre. Attention, 4 langues des signes sont impliquées dans ces capsules : langue des signes québécoise, langue des signes américaine, langue des signes française et langue des signes française belge. Les vidéos seront également sous-titrés.

Témoignage :

Traduction libre de la langue francophone belge : « J'ai décidé de participer à ce projet de capsules vidéos pour sensibiliser, pour promouvoir aussi la langue des signes. Montrer qu'il y a des personnes sourdes, qu'on peut être sourde, signante, homo. Voilà. Pour avoir un exemple de parcours, pour envoyer peut-être de l'énergie positive pour que les gens puissent prendre confiance en eux. Et pour peut-être aussi interpeller et sensibiliser les personnes entendantes pour justement, diminuer les préjugés. » Marie, Belgique

Résultats :

Suivez-vous sur Facebook pour visionner les capsules, elles sortiront prochainement !

SAVA – Savoir et Agir, par l’Association pour la valorisation de la Femme – AVAF (Cameroun)

Le projet « SAVA » SAVOIR ET AGIR a pour vocation de muter ses bénéficiaires en acteurs de changement dans leurs communautés afin de contribuer d'une manière efficace à atténuer les causes profondes de leur exclusion sociale, améliorer leur estime de soi, acquérir des connaissances sur le développement personnel, le leadership transformationnel, la bonne gestion organisationnelle et la gestion des petits projets.

Témoignages :

« L'atelier en psychologie positive m'a appris à connaître comment se décharger et se libérer d'un passé douloureux... » Arlette

« Avoir bénéficié des connaissances et de la thérapie en psychologie positive m’a permis de toujours chercher à déterminer ce qui me rend heureux et épanoui, de toujours aller de l’avant, de franchir les difficultés et de toujours me tourner vers un plus grand bonheur. J’ai pu développer la capacité à aimer et à être aimé. Elle m’a permis en tant que TGM de donner du sens à mes actions, de me sentir responsable de ce que l’on peut changer, et d’être résilient face à ce que l’on ne peut pas éviter. » Mr. Jojo

Résultats à ce jour :
  • 40 LBQ ont participé de manière directe et active à des séances d’activités d’exercices et de bien-être.
  • Au moins 120 de ces personnes témoignent être de plus en plus épanouies en pratiquant du Yoga ou de la Zumba dance qu’elles n’avaient jamais pratiquée ;
  • 20 LBQ ont vu leurs capacités améliorées en matière d’entrepreneuriat et de leadership.
  • 16 personnes (bénéficiaires, membres et personnels) formées en psychologie positive.

Guide sur la sécurité des activistes par Nassawiyat (Maroc)

La sécurité des activistes féministes et LGBTIQ+ est un thème important pour la communauté marocaine. Ce projet de Nassawiyat vise à élaborer un guide sur la sécurité physique, digitale et mentale. Ce guide sera basé sur des rencontres avec des activistes des 4 coins du pays avec comme objectif de mettre en place un outil en 3 langues. Cela permettra également d’ouvrir un débat sur notre sécurité en tant que personnes vivantes au Maroc.

Résultats à ce jour :

Les premières rencontres avec les activistes ont commencé au mois d’octobre.

GAMESSU, par Afrique Arc-en-ciel (Togo)

GAMESSU « l’heure a sonné » est un projet dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration d’un environnement sociojuridique favorable à l’inclusion et l’épanouissement des personnes LGBTQI au Togo. Il prévoit des activités de renforcement de capacités des jeunes LGBTQI ainsi que des activités de plaidoyer pour leur inclusion dans les programmes nationaux de prise en charge, la promotion de leur droit à la santé, à l’emploi et même droit à la vie.

Résultats à ce jour :

Le projet a commencé en septembre 2021 et déjà, avec les activités de sessions d’empowerment sur des thématiques de droits humains, de sécurité, d’estime de soi, les jeunes LGBTQI témoignent déjà leur intérêt à la lutte pour un environnement favorable et sont acteurs de leur mieux-être et sécurité. On note une prise de conscience des jeunes du contexte, des risques, mais aussi des conséquences de l’autostigmatisation.

Témoignage :

« Depuis qu’une affaire de pédopornographie a eu lieu à Tsévié, nous jeunes LGBTQI sommes plus exposés qu’avant. Cette session d’empowerment sur la sécurité vient à point nommé en ce sens que je connais désormais quelques stratégies sécuritaires pour me protéger. Je sais désormais comment me protéger et sécuriser mes données. » Une jeune Trans de la ville de Tsévié 

À propos du Fonds Charlot Jeudy

Le Fonds Charlot Jeudy – appui aux diversités et à l’inclusion a été nommé en l’honneur de Charlot Jeudy, militant pour les droits des personnes LGBTQI en Haïti retrouvé mort à son domicile en novembre 2019. L’histoire de Charlot Jeudy fait écho au travail des militant.e.s à travers le monde qui affrontent la haine, la discrimination, l’intolérance et les injustices pour faire reconnaître la dignité humaine et des droits des personnes LGBTQI.

Pour en savoir davantage sur le fonds Charlot Jeudy – appui aux diversités et à l’inclusion, vous pouvez consulter le https://www.egides.org/fondscharlotjeudy

Nouvelles
Partagé le 2021-07-16

Rapport annuel 2020-2021 d'Égides

Nouvelles / Témoignage
Partagé le 2021-11-19

Enquête internationale sur la COVID-19 et les communautés LGBTQI

Égides collabore avec ILGA World et une vingtaine d’organisations LGBTQI internationales sur une étude pour mieux comprendre les défis uniques que vivent nos communautés en lien avec la COVID-19.

L’apport des expériences francophones est important afin de véritablement prendre en compte vos réalités.

Nous vous encourageons donc à diffuser le lien vers cette enquête auprès de vos communautés et à répondre vous-même.

Le sondage est disponible en français. Il suffit de peser sur le bouton orange « take the survey » et vous pourrez choisir la langue de votre choix.

Qui peut participer ?

Cette enquête a été conçue pour recueillir des données auprès de personnes d'orientations sexuelles et d'identités de genre diverses ou qui sont identifiées comme LGBTQ+, ainsi qu'auprès d'activistes/défenseurs des droits indépendants et de représentants de groupes/organisations dirigés par des personnes LGBTQ+. Si vous vous identifiez comme membre de la communauté LGBTQ+ ou si vous collaborez avec un groupe ou une organisation dirigée par des membres de la communauté LBGTQ+ et qui cible ces derniers, nous voulons vous entendre.

Pour participer, vous devez :

  • Avoir 18 ans ou plus OU avoir atteint l'âge de consentement dans votre territoire
  • Être membre de la communauté LGBTQ+
  • Un représentant d'un groupe ou d'une organisation qui est dirigé par et travaille avec des personnes LGBTQ+

Combien de temps cela prendra-t-il ?

En moyenne, cette étude prend environ 30 minutes à compléter. Ce temps peut varier en fonction de vos réponses, car certaines questions peuvent ne pas s'appliquer à vous, tandis que d'autres peuvent apparaître uniquement en fonction de vos réponses.

Mes réponses resteront-elles confidentielles et gardées en sécurité ?

Oui ! En fait, vos réponses resteront anonymes, ce qui signifie qu'il ne sera pas possible de vous identifier facilement sur la base de vos réponses. Vos informations personnelles, tels que votre nom et votre adresse électronique, ne seront pas enregistrées.

Quel est l'objectif de cette étude ?

L'objectif de cette étude est de collecter des données qui alimenteront les approches de plaidoyer, la prise de décision institutionnelle/organisationnelle et les programmes de réforme politique/législative.

Nouvelles / Témoignage
Partagé le 2021-11-19

20 novembre : journée du Souvenir trans

Dans le cadre de la Journée du Souvenir trans (TDoR), Égides partage cette déclaration conjointe initiée par TGEU.

Nous vous encourageons également à revoir la table ronde " Les personnes trans et non-binaires: enjeux d’existence et de résistance" ayant eu lieu en juillet 2021 lors de notre conférence internationale.

Déclaration conjointe :

Jour du Souvenir trans 2021 : Ensemble, nous luttons.

Alors que nous commémorons la Journée du Souvenir trans, nous prenons un moment pour honorer les personnes de nos communautés qui ont été assassinées au cours de la dernière année. Entre le 1er octobre 2020 et le 30 septembre 2021, l’Observatoire des personnes trans assassinées (Trans Murder Monitoring) a enregistré 375 signalements de personnes trans et au genre atypique tuées dans le monde.

Ebeng Mayor, une personne transmasculine non-binaire de 21 ans originaire des Philippines, a été violé·e, battu·e et assassiné·e. Thyanara Moraes, une femme trans noire brésilienne de 18 ans et travailleuse du sexe, a été abattue dans son lit. Adriana Diaz était une immigrante vénézuélienne vivant en Colombie qui a été brutalement lynchée et assassinée par plus de 20 chauffeurs de taxi de sexe masculin. Iratxe Otero était une femme trans colombienne de 29 ans qui avait émigré en Espagne et a été retrouvée poignardée près d'un centre commercial.

Partout dans le monde, les personnes trans et au genre atypique dans le genre continuent d'être confrontées à d'énormes quantités de discrimination et de marginalisation. Les personnes trans aux identités intersectionnelles, notamment les personnes Noires et les personnes racisées, les travailleurs du sexe, les migrant·e·s, les personnes demandeurs d'asile, les réfugié·es, les Roms, les personnes handicapées et les personnes vivant avec le VIH, pour n'en nommer que quelques-unes, sont encore plus vulnérables lorsque les droits des personnes trans sont érodés.

Malgré le renforcement de notre mouvement au cours de la dernière décennie, qui a entraîné une plus grande sensibilisation du public et d'importantes victoires juridiques, nos communautés continuent de faire face à des niveaux élevés de violence, de discrimination sociale, de problèmes de santé, de difficultés économiques, de chômage et d'itinérance. La pandémie de COVID-19, ainsi que la montée des mouvements anti-genre, ont compliqué un ensemble de circonstances déjà difficiles.

Pour surmonter ces défis, les personnes trans continuent de se mobiliser et de résister à ces systèmes qui abusent de leur pouvoir pour nous déshumaniser. La bataille pour garantir le respect de nos droits humains fondamentaux comprend le plaidoyer aux niveaux national et international pour l'accès à la reconnaissance juridique sur la base de l’auto-détermination du genre, aux soins de santé d’affirmation de genre, à l'éducation, au logement abordable, à la protection et à la sécurité. Nous avons besoin de votre soutien actif pour garantir que les droits et les vies trans ne soient pas mis de côté ou oubliés.

La Journée du Souvenir trans est un rappel tragique de jusqu'où les systèmes normatifs et oppressifs sont prêts à aller pour supprimer l'existence de personnes trans et au genre atypique. Pour nos communautés, c'est un jour où nous faisons une pause et pleurons la mort de nos adelphes bien-aimé·e·s, dont les vies ont été écourté·e·s par la violence et la haine.

À l'occasion de la Journée du Souvenir trans, nous vous encourageons à vous joindre à notre lutte pour les droits des trans.

• Partagez des données sur la violence anti-trans

• Chérissez et soutenez les personnes trans en vie

• Renseignez-vous et éduquez les autres

• Faites du bénévolat auprès de groupes trans

• Faites un don aux organismes communautaires destinés aux personnes trans, en particulier aux personnes trans qui font face à une marginalisation intersectionnelle

• Responsabilisez les décideurs et les législateurs

Ensemble, nous devons agir pour changer les structures oppressives, protéger les vies des personnes trans et mettre fin à toutes les formes de violence. Ensemble, nous pleurons, nous nous luttons, nous espérons, nous aimons.

Pour en savoir plus ou pour voir les données de l'Observatoire des personnes trans assassinées : https://tgeu.org/joint-statement-tdor-2021/

Nouvelles / Actualité
Partagé le 2021-10-04

Aux Nouvelles no. 12 : septembre 2021

La revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI

À chaque mois, dans chaque pays, la lutte aux LGBTQIphobies voit des avancées et des reculs. Pour suivre ce qui se passe dans les différentes régions du monde, Égides vous présente « Aux nouvelles », une revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI. Ce bulletin vise à vous tenir informer des nouvelles législations, des arrestations, des jugements de cour et des sujets du moment.

Avertissement : certaines nouvelles rapportent des faits violents et des meurtres de personnes LGBTQI. Nous les partageons par devoir de mémoire, avec une pensée pour toutes les personnes anonymes qui subissent des violences LGBTQIphobes sans obtenir d’attention médiatique.

Aux Nouvelles no. 12 : septembre 2021

Afrique et Moyen-Orient

Le 25 septembre, une centaine de manifestant.e.s ont défilé pour la marche des fiertés de Soweto, lieu symbolique des luttes anti-apartheid en Afrique du Sud.

Les autorités du Kenya ont interdit la projection et la diffusion d'un documentaire racontant l'histoire d'un couple gay, qualifiant le film "d'inacceptable et d'affront à (la) culture et à l'identité".

On reproche au Maroc d’avoir peu abordé les relations homosexuelles ou hors mariage lors de sa dernière campagne électorale qui s’est terminée le 8 septembre.

Amérique du Nord

Le Canada a tenu ses élections en septembre et plusieurs enjeux ont été soulevés pour les personnes LGBTQ2S+, notamment la mort au feuilleton du projet contre les thérapies de conversion. Des électeurs trans et non binaires auraient même reçu leur carte de vote avec leur morinom malgré leurs changements légaux. Au moins 8 député.e.s ouvertement LGBTQ2s+ ont ainsi été élu.e.s.

Amérique du Sud, Amérique Centrale et Caraïbes

Au Brésil, plusieurs lanceurs d’alertes et militant.e.s LGBTQI doivent s’exiler devant les menaces du gouvernement de Bolsonaro.

Au Mexique, on nous présente une journée avec Salma Luevano, une des deux députées trans du Parlement mexicain.

Au Salvador, le président refuse d’inclure l’avortement ou le mariage pour les couples de même sexe dans la constitution.

Asie, Pacifique et Océan Indien

Les témoignages d’horreur des personnes LGBTQI d’Afghanistan continuent d’affluer après la reprise de pouvoir des Talibans.

Au Bangladesh, 6 extrémistes ont été condamnés à mort pour le meurtre de deux militants des droits LGBTQI, une première condamnation de ce genre dans un pays où l’homosexualité est toujours illégale.

La Chine voudrait interdire à ses télévisions de montrer des hommes efféminés, selon l’Associated Press.

En Corée du Sud, Human Right Watch a sorti un rapport sur l’isolement des jeunes des diversités sexuelles et de genre dans le système scolaire.

 

Europe

Plusieurs villes européennes retrouvaient leurs marches de Fiertés ce mois-ci, que ce soit à Bordeaux ou à Genève.

De son côté, l’Espagne remarque une hausse des agressions homophobes et même une montée de manifestations anti-LGBT contre.

En France, un projet de loi visant à interdire les « thérapies de conversion » sera bientôt débattu.

La Hongrie continue de faire parler d’elle, que ce soit par la visite du Pape qui réclame plus d’ouverture de la part du Premier ministre ou les questions sur les mécanismes que l’Union européenne peut utiliser pour intervenir.

En Pologne, plusieurs régions qui s’étaient dit « zones sans idéologie LGBT » se rétractent et reviennent en arrière sous les menaces de l’Union européenne.

En Suissele oui l’emporte largement au référendum sur le mariage pour tou.tes.

International

Avec l’arrivée de la COVID-19, le Fonds mondial déplore un recul sans précédent de la lutte contre le VIH, le paludisme et la tuberculose.  

Sport

Les Gay Games, qui devaient avoir lieu à Hong Kong en 2022, seront reportés à 2023.

De son côté, le Comité international olympique a décidé de reporter la publication de lignes directrices pour la participation des personnes trans dans les sports après les Jeux olympiques de Pékin en février 2022. Mais leur directeur scientifique et médical dit que ces nouvelles directives viseront à prioriser l’inclusion et éviter les préjudices.

Bonne lecture

PS : Si des nouvelles nous ont échappé, n'hésitez pas à nous faire parvenir les liens. Nous verrons si elles peuvent être ajoutées au prochain bulletin.

Nouvelles / Actualité
Partagé le 2021-09-11

Aux Nouvelles no. 11 : août 2021

La revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI

À chaque mois, dans chaque pays, la lutte aux LGBTQIphobies voit des avancées et des reculs. Pour suivre ce qui se passe dans les différentes régions du monde, Égides vous présente « Aux nouvelles », une revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI. Ce bulletin vise à vous tenir informer des nouvelles législations, des arrestations, des jugements de cour et des sujets du moment.

Avertissement : certaines nouvelles rapportent des faits violents et des meurtres de personnes LGBTQI. Nous les partageons par devoir de mémoire, avec une pensée pour toutes les personnes anonymes qui subissent des violences LGBTQIphobes sans obtenir d’attention médiatique.

Aux Nouvelles no. 11 : août 2021

Afrique et Moyen-Orient

Au Ghana, des députés de l'opposition mettent le président dans une position délicate en promouvant une loi restreignant les droits des minorités sexuelles. Également, un tribunal a acquitté et libéré, jeudi le 5 août, 21 militantes LGBTI+ qui avaient été arrêtées fin mai dans le sud-est du pays pour « rassemblement illégal »

En Ouganda, la Cour constitutionnelle ougandaise a abrogé la loi antipornographie en vigueur depuis 2014. Mais elle a ordonné la suppression de 54 ONG travaillant dans le domaine politique, sociétal ou environnemental. 

En Israël, les autorités lèvent les restrictions sur le don du sang imposées aux hommes homosexuels.

Amérique du Nord

Aux États-Unis, un groupe de 14 élu.es au Sénat appelle l’administration de Joe Biden à agir pour protéger les demandeurs d’asile LGBT+.  L’activiste Tori Cooper viens d’être nommée au conseil présidentiel sur le VIH et deviens la première femme trans noire à ce poste. Pete Buttigieg, qui est le premier ministre ouvertement homosexuel de l'histoire des États-Unis, a annoncé sa paternité le mardi 17 aout.

Au Canada, pour souligner la Fierté malgré les mesures sanitaires, Fierté Montréal a tenu une marche plutôt qu’un défilé, retournant ainsi aux racines de l'événement. Au Manitoba, un juge accepte la demande de trois parents de rouvrir leur plainte qui veulent Le tribunal a accepté de rouvrir leur plainte afin que ce soit étudié le programme scolaire du gouvernement provincial, qu'ils considèrent discriminatoire envers les familles LGBTQl.

Amérique du Sud, Amérique Centrale et Caraïbes

Le Brésil a gagné 21 médailles aux Jeux olympiques de Tokyo, un record dans son histoire grâce à ses athlètes d’origine africaine et LGBTQI.

Asie, Pacifique et Océan Indien

À Taiwan : Un couple gay de différentes nationalités gagnent en justice pour pouvoir se marier.  Le pays a également décidé de ne pas envoyer ses athlètes aux Gay Games de Hong Kong en 2022 par crainte pour leur sécurité dû à la situation politique avec la Chine. 

En Inde : Une première femme trans a obtenue officiellement la reconnaissance de son identité de genre grâce au système de changement de papiers d’identité en ligne annoncé par le gouvernement en 2020 .

En Nouvelle-Zélande : Le gouvernement présente un projet de loi pour interdire les thérapies de conversion.

Au Japon : Le journal Le Monde profite des jeux olympiques pour dresser un portrait des discriminations vécues par les personnes LGBTQI au Japon.

En Afghanistan : L'arrivée des Talibans à Kaboul fait craindre pour la sécurité des personnes LGBTQI.

En Chine : l’université de Shangaï établie une enquête sur les étudiants LGBTQI sur le campus et cela suscite de vives inquiétudes.

 

Europe

En France : Les décrets d'application de la PMA pour toutes n'ont pas encore été validés, cela attendra la fin des vacances. Une enquête en France montre d’ailleurs que les femmes afro-descendantes font face à des difficultés d'accès à la PMA.

En Écosse : Le gouvernement publie un document intitulé « Soutenir les jeunes transgenres à l’école : orientation pour les écoles écossaises »

Au Pays-Bas : A l’occasion de la pride Week, quatre plaques commémoratives appelé Stolpersteine ont été posées dans une rue à Amsterdam pour les victimes gays du régime Nazi.

En Hongrie : Le gouvernement applique une loi LGBTphobe qui interdit la vente de produit parlant de l’homosexualité et qui s’appliquera aux abords des écoles et des églises.  

En Russie : Deux chaînes de télévision ont été critiqués par le comité international olympique pour leurs commentaires LGBTphobes lors des Jeux olympiques.

En Suisse : En préparation du référendum, un sondage en faveur du mariage pour tous montrerait que la population lui est largement favorable .

En Belgique : Double féminicide après que les victimes aient été retrouvées par le mari d’une d’entre elles pendant leurs ébats.  

International

Covid et VIH :  Une étude conclue que les personnes vivant avec le VIH sont plus à risque de développer des formes sévères de la COVID-19 et recommande que celles-ci soient ciblées par les campagnes de vaccination.

Disparités de salaires: Une enquête a démontré une différence de revenus en fonction de l’orientation sexuelle.

Culture

Des parents d’enfants LGBTQI témoignent de leur vécu et de ce que leurs enfants leur ont appris.

A l’occasion du Festival Fierté Montréal, Le Devoir retrace l’historique et les transformations du drapeau multicolore de la communauté LGBTQI.

En Hongrie : Le secrétaire général de la International Federation of Library Associations lance un appel a informer sans discriminer dans les bibliothèques.

Netflix propose le documentaire « Pray away » de la réalisatrice Kristine Stolakis, un reportage sur les thérapies de conversion sexuelle et de genre aux États-Unis.

Sport

Danemark :  Copenhague a accueilli le 12 août passé la World Pride, le plus grand évènement culturel de la communauté LGBTQI.

Jeux paralympiques : Un nombre record d’athlètes LGBTQI ont pris part aux jeux paralympiques.  

Jeux Olympiques de Tokyo : Les 182 athlètes ouvertement LGBTQI ont décroché 58 médailles olympiques. Également, deux Namibiennes ont pu se qualifier pour la finale du 200 mètres alors qu'elles avaient été disqualifiées au 400 mètres pour leur taux de testostérone jugé trop élevé et le CIO étudie le geste de la médaillée et miitante LGBTQI Raven Saunders. 

Au Tennis, le joueur Fabio Fognini qui avait crié une insulte homophobe aux Olympiques a joué son premier match à Toronto avec des serre-poignets et un bandeau arc-en-ciel pour s'excuser.

Intersexuation

Ce mois-ci, plusieurs textes font place aux personnes intersexes :

France Culture propose le portrait d’Abel Barbin, nous ayant donné un des premiers témoignages intersexes.

Libération revient sur la fiche de la DILCRAH concernant les personnes intersexes.

En Finlande : La découverte des restes d’un.e guerri.ère médiévale montre que n’ont seulement iel était non-binaire et intersexe, mais qu’iel était révéré.e dans sa communauté.

Bonne lecture

PS : Si des nouvelles nous ont échappé, n'hésitez pas à nous faire parvenir les liens. Nous verrons si elles peuvent être ajoutées au prochain bulletin.

Nouvelles / Politique
Partagé le 2021-08-31

Bilan de la conférence d'Égides au Forum des droits humains de Copenhague 2021

La coprésidence et le secrétariat d'Égides étaient au Forum des droits humains durant la World Pride 2021 à Copenhague pour présenter le bilan de la conférence d'Égides.

Pour en savoir plus sur le Forum des droits humains : https://copenhagen2021.com/

Nouvelles / Actualité
Partagé le 2021-08-05

AUX NOUVELLES NO. 10 : juillet 2021

La revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI

À chaque mois, dans chaque pays, la lutte aux LGBTQIphobies voit des avancées et des reculs. Pour suivre ce qui se passe dans les différentes régions du monde, Égides vous présente « Aux nouvelles », une revue de presse francophone de l’actualité LGBTQI. Ce bulletin vise à vous tenir informer des nouvelles législations, des arrestations, des jugements de cour et des sujets du moment.

Avertissement : certaines nouvelles rapportent des faits violents et des meurtres de personnes LGBTQI. Nous les partageons par devoir de mémoire, avec une pensée pour toutes les personnes anonymes qui subissent des violences LGBTQIphobes sans obtenir d’attention médiatique.

Aux Nouvelles no. 10 : juillet 2021

Afrique et Moyen-Orient

Au Cameroun, Shakiro et Patricia, deux femmes trans emprisonnées depuis février, ont été relâchées et témoignent de la situation dans leur pays.

Au Ghana, le gouvernement veut déposer un projet de loi qui prévoirait jusqu’à 10 ans de prison pour les personnes LGBTQI ainsi que leurs alliés qui prennent position en faveur de leur droit ou leur apporte un soutien social et médical. Il s’agit probablement d’une des lois anti-LGBT les plus répressives proposées dans le monde.

Du côté d’Israël, la Cour suprême donne 6 mois au gouvernement pour permettre la GPA à tous les couples.

Au Madagascar, le ministère de l’Intérieur fait annuler une soirée LGBTQI qui se tenait pourtant dans un bar depuis plus de 3 ans, prétextant qu’il s’agit d’incitation à la débauche des mineurs.

Amérique du Nord

Aux États-Unis, l’association GLAAD a publié son 9e rapport sur les représentations des communautés LGBTQI et y note que les personnes trans et non-binaires y sont toujours peu présentes. Cependant, l’actrice trans Mj Rodriguez de la série Pose obtient une nomination historique aux Emmy Awards.

Au Canada, des groupes s’inquiète de mesures discriminatoires prises par une municipalité pour empêcher l’accès à un point de détente historiquement occupé par les communautés LGBTQI et le gouvernement fédéral annonce un nouveau volet d’accès au pays pour devenir réfugié pour les personnes défenseurs des droits humains persécutées dans leur pays.

Amérique du Sud, Amérique Centrale et Caraïbes

En Argentine, les personnes trans et non-binaires disposeront de l’option de s’identifier d’un x sur leurs documents d’identité.

Komitid nous propose deux reportages sur les luttes des personnes trans au Brésil et au Salvador.

Le Chili pourrait bientôt avoir le mariage pour les couples de même sexe, alors que le Sénat a approuvé un projet de loi qui doit maintenant passer en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Asie, Pacifique et Océan Indien

Le plus grand réseau social de Chine, WeChat, aurait fait supprimer de nombreux comptes des associations LGBTQI du pays.

En Indonésie, un soldat a été expulsé de l’armée et condamné à 7 mois de prison pour avoir eu une relation sexuelle avec un autre homme.

À Hong Kong, un militant LGBT a été arrêté et inculpé de corruption pour avoir chanté dans un rassemblement électoral d’un candidat pro-démocratie.

Europe

La Commission européenne lance des procédures contre la Hongrie, où une loi veut interdire de faire la « promotion » de l’homosexualité auprès des mineurs, et contre la Pologne et ses zones « sans idéologie LGBT ». Le Premier ministre Orbán menace même de faire un référendum concernant sa loi malgré les rassemblements en faveur des droits des personnes LGBTQI.

En France, le Conseil d’État retire trois pays africains de la liste des « pays sûrs » de l’Office des réfugiés et une femme trans saisit la Cour européenne des droits de l’Homme face au fait que le pays a refusé de reconnaitre sa maternité. De plus en plus d’agressions homophobes font également les manchettes.

En Géorgie, la mort d’un journaliste couvrant une Marche des Fiertés soulève le rôle du gouvernement dans les violences envers les communautés LGBTQI.

Au Monténégro, le premier mariage d’un couple de même sexe a eu lieu en juillet.

Journée internationale des personnes non-binaires

Le 14 juillet, c’était déjà la 10e édition de la Journée internationale de la non-binarité qui a fait parler d’elle. Un sondage nous apprend d’ailleurs que 51 % des Français reconnaitraient la non-binarité de genre, ce qui laisse présager une évolution des perceptions.

Culture

Durant toute la durée du Festival de Cannes, le magazine Têtu a tenu un blogue sur les films queers qui y étaient présentés. C’est finalement « La Fracture » de Catherine Corsini qui a remporté la Queer Palm alors que le président du Jury appelle à ce que le prix soit intégré au palmarès officiel du Festival.

Jeux Olympiques

Si les Jeux olympiques de Tokyo ont permis à plus de 172 athlètes LGBTQI de concourir ouvertement, plusieurs reprochent cependant les discriminations et les outings qui y ont lieu. La participation de Laurel Hubbard, la première femme trans à concourir, suscite d’ailleurs plusieurs confrontations sur la place des femmes trans dans le sport. Au 28 juillet, on considérait cependant que si les athlètes LGBTQI concouraient comme une nation, ceux-ci seraient à la 14e place du palmarès tant ceux-ci ne cessent de briller. De nombreux articles rapportent d’ailleurs les performances de plusieurs athlètes chéris des médias, comme Tom Daley, ou Quinn, la première personne trans non-binaire à remporter une médaille.

F1 et Football européen

Sur la scène internationale, quatre pilotes de F1 se sont fait réprimander pour avoir montré leur soutien aux communautés LGBTQI de Hongrie face aux politiques du gouvernement.

De même, l’UEFA a annoncé qu’elle ne permettrait pas les publicités aux couleurs de l’arc-en-ciel lors de la prochaine coupe de l’Euro en Russie et en Azerbaïdjan, disant ainsi vouloir respecter les législations locales. Cela fait suite à une controverse où l’UEFA a refusé que Munich illumine son stade aux couleurs des communautés LGBTQI dans un match contre la Hongrie.

Bonne lecture

PS : Si des nouvelles nous ont échappé, n'hésitez pas à nous faire parvenir les liens. Nous verrons si elles peuvent être ajoutées au prochain bulletin.

Nouvelles
Partagé le 2021-07-14

Conférence d'Égides - revoir les intervention du 2 juillet

Vivre en santé : le bien-être et l’accès à la santé

Les oppressions systémiques vécues par les personnes LGBTQI ont de nombreux impacts sur leur santé de même que sur leur accès aux soins. Avec la pandémie de COVID-19, s’ajoutent aujourd’hui de nouveaux défis concernant la prise en charge de la santé globale, tant physique que mentale, des personnes LGBTQI.

Plus d'information sur la conférence : www.egides.org/geneve2021

Vous pouvez revoir les séances de la journée ici :

Conférence : « Les communautés LGBTQI francophones face à la COVID-19 »

Une discussion entre Victor Madrigal-Borloz, Expert indépendant des Nations Unies sur les questions d'orientation sexuelle et d'identité de genre , et Mariam Mannaï, chargé.e de programme à Égides, sur les impacts de la pandémie sur les communautés LGBTQI francophones.


Conférence thématique : « Grandir avec une expérience intersexe dans la francophonie »

L'existence d'une diversité de corps sexués chez toutes les populations du monde est un fait. L'expérience d'être né avec un corps différent de ce qui a été établi comme "homme" ou "femme" dans une société donnée peut tantôt revêtir des similitudes avec d'autres, tantôt s'en distinguer. L'ascendance de l'autorité médicale et de l'hospitalisation des naissances en occident a donné lieu à une expérience principalement dictée par la médecine, où pathologisation et modifications non consenties des corps domine. Les personnes intersexes d'occident et de francophonie qui ont grandi sous ce régime ont dû développer un activisme en réponse à cette autorité, inspiré de mouvements qui ont également affirmé le droit à l'autodétermination du corps. On ne peut cependant présumer que cette trajectoire soit la même partout en francophonie, notamment en Afrique subsaharienne. Apprendre à mieux connaître les réalités et les pratiques émergentes dans divers pays permet de mieux penser les solidarités et d'offrir des contrastes qui nous aident à comprendre avec plus de finesse les mécanismes à l'œuvre dans chacun des contextes. 


Table ronde I « La prise en charge du vieillissement des personnes LGBTQI »

Lors de cette table ronde, il sera question de faire un état des lieux de la question de la prise en charge du vieillissement des personnes LGBTQI+ dans la francphonie. Le panel d'intervenants nous donnerons à voir où nous sommes en sommes dans leur territoire respectif en mettant en perspective la question de la perte d'autonomie, la spécificité des personnes transgenres mais aussi les barrières au niveau de l'accès aux services de santé en appliquant une approche intersectionnelle. Les enjeux culturels et traditionnels seront aussi abordés pour compléter cette présentation. Les panelistes présenteront ensuite des solutions de terrain qui sont déjà mises en oeuvres, comme la création de logement commun, mais aussi de penser l'inclusion dans des lieux hétéronormatifs et la formation des professionnels de la gérontologie sur les réalités des personnes aînées LGBTQI+....

C'est une approche transverse et transnationale que les panélistes vous proposent pour enrichir les connaissances et améliorer demain la prise en charge des personnes concernées. 

Table-ronde II « Les personnes trans et non-binaires: enjeux d’existence et de résistance »

Les enjeux des personnes trans dans les pays francophones englobent des réalités différentes selon les territoires concernés. En effet, dans cette période où les enjeux d’existence sociale pour les personnes trans sont de plus en plus médiatisés, il est plus qu’important de soutenir les enjeux de résistance et plus particulièrement dans le domaine de la santé. L’accès aux soins demeure encore aujourd’hui une vraie gageure et plus particulièrement les besoins spécifiques en hormonothérapie qui pousse à l’automédication avec les risques en matière de santé que ça entraine.

Plus largement, la transphobie qui traversent les domaines de la santé et de l’éducation sera abordée lors de cette table ronde. L’objectif posé par le panel est le suivant :

Comment développer un plaidoyer pour remplir le vide dans les domaines de la santé et renforcer la mutualisation des savoirs des associations qui œuvrent déjà pour accompagner les collectifs et associations naissantes ? Cette production de savoir permettra une source d’enrichissement sous forme de plaidoyer pour amener les professionnels de la santé et des institutions, plus largement, à changer leur pratique et accompagner dignement les personnes concernées vers un mieux-être. 

Nouvelles
Partagé le 2021-07-14

Conférence d'Égides - revoir les interventions du 1er juillet

Vivre en sécurité : la sécurité et la protection des personnes LGBTQI dans l’espace francophone

La sécurité et la protection des personnes LGBTQI se déclinent dans différents milieux (tant au niveau national qu’au sein des familles ou au travail, par exemple), chacun nécessitant des réflexions et des actions spécifiques.

Plus d'information sur la conférence : www.egides.org/geneve2021

Vous pouvez revoir les séances de la journée ici :

Conférence : « Dépénalisation des pratiques sexuelles : regards croisés Afrique, Amérique et Europe »

Lors de cette table ronde, avec les juristes – Alice Nkom, Caroline Mecary, Elisabeth Brousseau – de renommée internationale issues de différents contextes géographiques, il sera question de mieux comprendre : pourquoi les pratiques sexuelles sont‐elles des enjeux de droit ? Comment la dépénalisation des pratiques sexuelles s’inscrit‐elle dans une histoire (dé)coloniale qui délimite une fracture entre le Nord et le Sud du globe ? De quelle manière les instruments juridiques de droit international peuvent‐ils favoriser la dépénalisation des pratiques sexuelles au niveau national ? Comment la communauté internationale peut‐elle soutenir les sociétés civiles locales dans leurs
démarches de dépénalisation des pratiques sexuelles ? En quoi les droits sexuels sont‐ils des droits humains ?


Table-ronde « Les mécanismes de plaidoyer au service de la francophonie »

Dans cette table ronde, les panélistes partageront leur expérience et expertise concernant différents outils et mécanismes de plaidoyer qui peuvent être mobilisés pour revendiquer et défendre les droits des personnes LGBTQ+ et qui restent encore sous-utilisés par les activistes francophones. Il s’agit notamment du mandat de l’Expert indépendant sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre des Nations Unies, de l’Examen périodique universel devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, des Principes de Jogjakarta plus 10 et des Examens Nationaux Volontaires (ENV) des progrès des Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030. À travers leurs présentations, les quatre panélistes exposeront les particularités de chacun de ces moyens de plaidoyer : comment saisir les mécanismes, comment se servir des instruments interprétatifs et comment choisir la bonne stratégie de plaidoyer pour l’objectif poursuivi. Le potentiel, les limites ainsi que les synergies possibles entre les moyens de plaidoyer présentés seront exposés à l’aide d’exemples et d’illustrations récentes. Les personnes du public seront activement encouragées à poser des questions, notamment d’ordre pratique, afin de leur permettre de mieux exploiter à l’avenir ces outils et mécanismes au bénéfice de leur travail de plaidoyer en langue française.


Table-ronde I « La protection des personnes LGBTQI dans la francophonie »

Cette table ronde abordera la protection des personnes LGBTQI et de leurs droits dans les différents espaces francophones, et même un peu au-delà, avec un regard vers l’Amérique latine notamment. A travers l’expérience et l’expertise des panélistes, la table ronde traitera de la situation actuelle des personnes LGBTQI dans divers pays francophones, en mettant un accent particulier sur la situation des jeunes LGBTQI. La discussion mettra en lumière une multitude d’initiatives concrètes visant à améliorer la protection des droits des personnes LGBTQI, que ce soit la mise en place de refuges, la médiation communautaire, des litiges stratégiques ou des actions de plaidoyer. La table ronde mettra en exergue l’importance d’associer l’action juridique ou judiciaire à un travail communautaire et sociétal.

Table-ronde II « Réalités et enjeux de mobilité, de migration et d’asile des personnes LGBTQI dans la francophonie »

Les politiques migratoires acceptent différentes formes de sexualités, notamment l’homosexualité, comme motif de migration ou de demande d’asile. Néanmoins, la définition des catégories et la preuve de l’appartenance à une catégorie sexuelle et de genre restent problématiques dans les pays d’accueil. Comment prouver l’intime ? Différentes structures dans des contextes différents propres à des pays francophones sont confrontées à cette réalité complexe et œuvrent pour accompagner les migrant-e-s et les demandeurs-es d’asile. 
Ludovic Mohamed Zahed, représentant de CALEM Marseille, fera un rappel du contexte historique et géopolitique spécifique à la région MENA qui explique l’homophobie et la transphobie d’Etat. Il pointera, ensuite, les formes d’interprétation culturelles et religieuses qui soutiennent les représentations homonationalistes occidentales. Celle-ci ne tiennent pas compte des formes diverses d’expression de l’homosexualité ou encore de la transidentité qui se trouvent confrontées à la binarité et à un essentialisme réducteur. 


Anis Kaiser, représentant-e d’Asile Genève, développe l’état des lieux en Suisse concernant les demandes d’asile pour motifs de fuite en lien avec l’orientation sexuelle ou l’identité/expression de genre. Iel insistera sur les enjeux que l'association Asile tend à contourner à Genève pour pouvoir accompagner au mieux les personnes LGBTQI+ migrantes. Cet accompagnement passe notamment par la création d’un espace d'accueil, d’échange et de soutien au sein de l'association.
Enfin Meryem Ben Slimane, représentante d’AGIR Montréal, parlera de la réalité des personnes migrantes et demandeuses d’asile en lien avec l’homonationalisme à Montréal et plus largement au Canada. Elle développera aussi les stratégies déployées pour contourner les situations de vulnérabilité et accompagner les réfugié-e-s dans le parcours

Nouvelles / Témoignage
Partagé le 2021-07-08

Conférence d'Égides - revoir les interventions du 30 juin

Vivre en réseau : les liens culturels et stratégiques dans la francophonie

Il s’agira de comprendre la façon dont la langue et la culture française ont un impact, ou non, sur les réalités des personnes LGBTQI, leur représentation d’elles-mêmes et dans leur lien avec l’international, notamment sur la manière dont la diversité sexuelle et de genre est considérée dans les cultures locales, influencées, ou non, par la colonisation.

Plus d'information sur la conférence : www.egides.org/geneve2021

Vous pouvez revoir les séances de la journée ici :

Programme de la journée


Conférence d'ouverture : Les réalités LGBTQI francophones et les enjeux décoloniaux

Discussion entre Lorena Parini et Barrack Rima.



Conférence thématique : Décoloniser les corps, libérer les voix, centrer les marges

Cette conférence se concentre sur les perspectives féministes intersectionnelles et décoloniales de la défense de l’égalité, de l’équité et de la justice dans nos communautés . Afin d’œuvrer à notre libération collective, il est essentiel de comprendre la nature "systémique" des multiples oppressions que nous affrontons. Il est tout aussi important de s'engager dans des processus de "désapprentissage" de nombreuses connaissances ou perceptions, qui nous ont été enseignées. Qu'est-ce qu'une approche « décoloniale » du militantisme pour les droits humains? Comment un plaidoyer « décolonial » peut-il être simultanément « féministe intersectionnel »? Quelle est la pertinence des perspectives féministes-intersectionnelles et décoloniales, notamment pour la défense internationale des droits LGBTQI, en particulier dans le monde francophone ? Enfin, cette conférence tentera de répondre à ces questions et à d'autres interrogations connexes. 


Table-ronde I – Raviver nos mémoires effacées, préserver nos cultures et nos identités

Deux villes, deux festivals. De Everybody’s Perfect à Genève au MQFF au plein cœur de Tunis, pour lutter contre l'invisibilisation du sujet queer. En effet, les deux initiatives, quoique de contextes différents, se coalisent pour mettre la lumière sur les vécus queers longtemps effacés. Le temps d'une festivité, le sujet queer se plante au milieu de l’espace public, et s’impose sur une scène culturelle et artistique, chose quiparaissait incompatible, voire impensable.

À ces deux initiatives, s’ajoute le collectif marocain Ellile qui puise son travail dans l’héritage afro-maghrébin pour faire valoir une sexualité plurielle qui n’a pas pu résister à la colonisation.

Table-ronde II : Enjeux de visibilité et de renforcement des capacités des femmes LBTQI

La visibilité des femmes LBTQI est un enjeu important car elles cumulent souvent les effets du sexisme ainsi que ceux des discriminations basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Dans cette table ronde nous allons explorer un certain nombre de domaines dans lesquels les associations représentées ici œuvrent pour atteindre ce but. Quels sont les actions entreprises, les difficultés rencontrées et les projets qu'elles formulent pour le futur. Nous parlerons de l'impact des femmes dans la prise de décision au sein de la communauté LGBTQI, de la non-mixité, de l'intégration dans l'acronyme LGBTIQ, des difficultés d'intégration dans le monde du travail, notamment, tout en veillant à prendre en compte les réalités des différents pays.

Avec Sandrine Ateh (AVAF), Marame Kan (EL*C), Nicky (Woman African Freedom) et Lorena Parini à la modération.