Conférence internationale et assemblée générale d'Égides

La conférence internationale « Vivre l’égalité et les diversités dans la francophonie : culture, santé, sécurité » se veut un moment incontournable pour établir un état des lieux des enjeux majeurs auxquels font face les communautés des personnes lesbiennes, gais, bisexuel•le•s, trans, queers et intersexes (LGBTQI) dans l’espace francophone. Ce sera également l’occasion d’un dialogue entre les organisations de la société civile membres d’Égides et les milieux académiques et institutionnels afin d’identifier des pistes d’actions prioritaires pour aider les groupes et les activistes qui travaillent sur le terrain.

Une pré-conférence sur le rôle des Villes dans la lutte contre les discriminations et pour la promotion et le respect des droits des personnes LGBTQI

La conférence se déroule sur trois jours ayant chacun sa thématique : Vivre en réseau (30 juin), Vivre en sécurité (1er juillet) et Vivre en santé (2 juin).

Égides tiendra son assemblée générale le 3 et le 10 juillet 2021.

La conférence internationale est ouverte au public. L’assemblée générale est réservée aux membres.

 * Les inscriptions seront ouvertes à la mi-avril 2021.

À propos

Les personnes LGBTQI de l’espace francophone

Plusieurs analyses et recherches ont permis de constater que, à l’échelle internationale, les réseaux de l’espace francophone des personnes LGBTQI (lesbian, gay, bisexuel, trans, queer, intersexe) – qu’elles soient discriminées en raison de leur orientation sexuelle et sentimentale, de leurs expression et identité de genre, ou encore de leurs caractéristiques sexuelles – souffrent depuis longtemps d’isolement, davantage que dans les espaces anglophones (pour ne citer que ceux-ci), en plus de disposer d’un accès limité aux ressources et de souffrir en silence, sans disposer d’une véritable voix qui puisse porter leurs revendications.

La première conférence internationale d’Égides : 4 ans après la toute première conférence internationale sur les enjeux LGBTQI dans la francophonie – Montréal 2017

En août 2017, Fierté Montréal en collaboration avec la Chaire de recherche sur la diversité sexuelle et la pluralité des genres de l’Université du Québec à Montréal accueillait la toute première conférence internationale sur les enjeux LGBTQI dans la francophonie: Égalité et légalité - Conférence internationale sur la diversité sexuelle et la pluralité des genres dans la francophonie. Les constats qui étaient ressortis de cette conférence sont que, à l’échelle internationale, les organisations LGBTQI de l’espace francophone - en comparaison avec celles de l’espace anglophone - disposent d’un accès limité aux ressources et aux instances mondiales et que la création d’un réseau LGBTQI international francophone était donc nécessaire pour y répondre.

D’où la création, le 17 mai 2019, de « Égides - Alliance internationale francophone pour l’égalité et les diversités ». Cette organisation internationale démocratique gérée par et pour les communautés LGBTQI francophones au niveau international, compte déjà à ce jour 128 membres, organisations de la société civile de 28 pays d’Afrique, d’Amérique, des Caraïbes, d’Europe et d’Océanie. Vouée à créer des espaces sécuritaires et inclusifs, des lieux de dialogue et de représentation, elle a pour principe de travailler de concert avec les communautés qu’elle a pour mandat de soutenir, et ce, dans le respect des réalités propres à chaque communauté et à chaque pays. Elle a été créée grâce à une entente de cinq ans avec le gouvernement du Québec et le soutien de Montréal International.

Pourquoi à nouveau une conférence spécifique aux personnes LGBTQI de l’espace francophone?

Avec la création d’Égides cette conférence souhaite surtout être l’occasion - à partir des membres de la société civile faisant partie d’Égides - d’ancrer et d’implémenter un réseau de solidarité et d’identifier des pistes d’actions prioritaires pour aider les organisations et les activistes qui travaillent sur le terrain. 

Genève 2021 : Vivre l’égalité et les diversités dans la francophonie : culture, santé, sécurité

La première conférence internationale d’Égides, initialement prévue en 2020, puis reportée en 2021 en raison de la crise de la crise sanitaire, aura donc lieu depuis Genève quatre ans après la rencontre de Montréal. Cet événement sera donc l’occasion d’observer et de discuter les points sur lesquels on aura pu constater des progrès ou des reculs, de comprendre et d’analyser les questions les plus urgentes pour les communautés LGBTQI et la manière dont elles se déclinent dans l’espace francophone et plus globalement à l’échelle mondiale, cette réflexion devant permettre à Égides d’ancrer sa vision d’avenir et de planifier ses futures activités. 

Une conférence coorganisée à partir de l’Université et de la Ville de Genève

Dans son dialogue constant et fructueux avec la société civile, l’Université de Genève s’est jointe, par l’intermédiaire de son Centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités, à la Ville de Genève (Service Agenda 21 - Ville durable) et à Égides afin de coorganiser cet événement, qui aura donc lieu en ligne depuis les locaux de l’Alma Mater genevoise.

Le maintien physique de la captation de cette visioconférence à Genève, siège du Conseil des droits de l’homme et de nombreuses organisations internationales œuvrant pour le respect et la promotion des droits des personnes LGBTQI, a été pensé pour renforcer le lien avec ces organisations internationales et faciliter ainsi l’accès aux mécanismes de plaidoyer qui y sont situés. 

Les objectifs et les axes principaux

Cette conférence, qui vient compléter la première assemblée générale des membres d’Égides, vise à établir un nouvel état des lieux des enjeux majeurs auxquels font face les communautés LGBTQI dans l’espace francophone, comprendre les avancées et les reculs qui sont entretemps intervenus et compte :

1. Traiter de trois enjeux clés des communautés LGBTQI au sein de l’espace francophone : culture, sécurité et santé ;

2. Recueillir des données actualisées qui viendront alimenter de futurs plaidoyers à destination des institutions publiques ou des guides de références pour la société civile ;

3. Suggérer et élaborer des outils de mise en réseau, de renforcement des capacités et de mobilisation ;

4. Prendre en compte les impacts de la COVID-19 sur les communautés LGBTQI 

Comment s'inscrire?

Les inscriptions ouvriront au printemps 2021. À ce moment, nous vous ferons parvenir plus d’information sur la plateforme utilisée. En attendant, vous pouvez déjà mettre la date à votre agenda !

N’hésitez pas à consulter notre site web pour les mises à jour sur la conférence.

Thématiques

L’organisation veillera à ce que la composition des tables rondes et les interventions lors des ateliers observent au mieux une juste répartition entre Sud et Nord, entre académie et réseau associatif, ainsi que la parité de genre et des origines ethniques et culturelles.

Vivre en réseau : les liens culturels et stratégiques dans la francophonie

Le mandat d’Égides est de faciliter la mise en réseau des réalités et des discriminations des personnes LGBTQI dans des contextes où le Français est une langue d’usage. Celle-ci a, dans la plupart des pays, été d’abord une langue de colonisation. Elle a ensuite façonné et développé diverses cultures à partir et/ou au détriment des cultures autochtones et indigènes, rassemblées aujourd’hui sous l’emblème de la francophonie. Dans le contexte de cette conférence d’Égides – Genève 2021, il s’agira de comprendre la façon dont la langue et la culture française ont eu un impact, ou non, sur les réalités des personnes LGBTQI, notamment sur la manière dont la diversité sexuelle et de genre était considérée par les cultures locales. Des enjeux contemporains de décolonisation se posent-ils actuellement pour les des réalités LGBTQI francophones ? Alors que vient de se tenir à San Francisco le premier colloque international dédié à l’histoire LGBTQI, principalement sur l’espace anglophone, avec plus de 200 intervenant•e•s, qu’en est-il de notre mémoire francophone ? Comment rendre compte des cultures dans les pays d’expression francophone et de leur rapport à l’orientation sexuelle ainsi qu’à la diversité et à l’expression de genre ? Quelles sont les spécificités d’une culture LGBTQI en langue française (littérature, cinéma, arts de la scène, arts plastiques) ? Comment écrire une histoire et une mémoire des luttes LGBTQI en langue française ? Quels enjeux spécifiques retrouve-t-on dans ces archives ?

Vivre en santé : le bien-être et l’accès à la santé pour les personnes LGBTQI dans les régions francophones

Si l’apparition de la pandémie du VIH au début des années 1980 a permis de porter une attention particulière aux enjeux de santé principalement spécifiques aux hommes gais et bisexuels, s’ajoutent aujourd’hui de nouveaux défis concernant la prise en charge de la santé globale, tant physique que mentale, des personnes LGBTQI. Parmi ces dernières, certaines subissent davantage de discriminations en raison de leur état de santé. La troisième journée de la conférence se focalisera donc en particulier sur les enjeux sanitaires des personnes trans*, intersexes, handicapées, ainsi que des jeunes et des aîné•e•s LGBTQI.  

Vivre en sécurité : la sécurité et la protection des personnes lgbtqi dans l’espace francophone

La sécurité et la protection des personnes LGBTQI se déclinent dans différents milieux, chacun nécessitant des réflexions et des actions spécifiques.

Sécurité dans les territoires : Il s’agit autant de parler de législation (par les enjeux comme la dépénalisation universelle ou le rôle de la colonisation dans le système pénal répressif) que des mécanismes de sécurité à mettre en place (formation de la police et des tribunaux, ainsi que la création d’espaces d’urgence).

Sécurité dans les familles et les communautés : Il importe de réfléchir aux mécanismes autres qu’institutionnels pour assurer que les milieux de vie dans lesquels évoluent les personnes LGBTQI soient sains et leur permettent de s’épanouir. Quels types de médiations familiales (rôle des refuges), de médiations communautaires (rôle des mouvements progressistes dans les communautés religieuses), ou de campagnes de sensibilisation existent déjà ou doivent être mis en place ?

Sécurité dans l’espace professionnel et dans le milieu scolaire : Étant donné qu’une personne passe la plupart de son temps au travail, une préoccupation spécifique sera portée au milieu professionnel afin de s’interroger sur la manière dont la sécurité et le bien-être des employé•e•s* issu•e•s de la communauté LGBTQI pourraient être garantis dans ce cadre. Par ailleurs, une attention toute particulière sera portée au milieu scolaire, si l’on considère que les discriminations surgissent dès la petite enfance.

Sécurité dans les flux migratoires : Les flux migratoires Sud-Nord et Sud-Sud sont d’une extrême actualité pour les communautés LGBTQI, notamment pour celleux qui fuient un contexte où leur orientation sexuelle et sentimentale, ainsi que leurs identité et expression de genre sont susceptibles de les mettre en danger, de les stigmatiser, de les discriminer ou encore de les criminaliser. Au cours de cette matinée, il s’agira donc, d’une part, de mieux comprendre la typologie des flux migratoires des communautés LGBTQI francophones et les causes à l’origine de ces départs forcés et, d’autre part, de déterminer le contexte sécuritaire public et privé qui devrait être garanti aux personnes LGBTQI. En effet, depuis 2002, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés reconnaît les persécutions en raison de l’orientation sexuelle comme motif d’octroi du statut de réfugié, selon le critère de l’appartenance à un groupe social donné. Depuis, une question divise les États signataires de la Convention relative au statut des réfugiés ratifiée à Genève en 1951 : comment prouver l’orientation sexuelle des personnes demandeur d’asile ? Pour y arriver, les pays utilisent différentes méthodes, qui s’appuient sur trois conceptions de l’homosexualité[1]. Par ailleurs, comment les pays d’accueil font-ils en sorte d’éviter que les personnes réfugiées continuent d’être sujettes de discriminations sur le territoire d’accueil ?


[1] https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/dire/2019/02/21/asile-base-homosexualite

Assemblée générale

Lors de l’assemblée générale de fondation, les membres d’Égides éliront un Conseil d’administration représentatif de quinze personnes, dont huit seront choisies sur une base géographique, cinq issues des composantes de la communauté LGBTQI les moins bien représentées et deux élues aux fonctions de coprésident•e•s.

Les règlements généraux complets sont disponibles sur le site web d'Égides : https://www.egides.org/alliance